Comment se matérialise la discrimination
dans le monde du travail  ?

L’article L .1132-1 du Code du travail énonce: “aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement ou de l’accès à un stage ou à une période de formation en entreprise, aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte”. Dans ce cadre, le droit français s’appuie sur un certain nombre de critères de discrimination. Découvrez-les !

Les 25 critères de discrimination

À ce jour, selon les usages de classification ou regroupement des critères, on répertorie 25 critères de discrimination. 

Que ce soit en tant qu’employeur, encadrant ou collègue, assurez-vous d’avoir pleinement connaissance de chacun des critères susceptibles de faire l’objet d’une discrimination. Les voici :

Sexe

Nom

Origine

Grossesse

Situation familiale

Apparence

Lieu de résidence

État de santé

Handicaps

Handicap

Génétique

Moeurs

Orientation sexuelle

Identité de genre

Âge

Opinions politiques

Activités syndicales/mutualistes/mandat électif

perte d'autonomie

Perte d’autonomie

Domiciliation bancaire

Situation économique

Convictions religieuses & philosophiques

La capacité à s’exprimer dans une autre langue

Qualité de lanceur d’alerte, qualité de facilitateur d’une alerte ou lien avec un lanceur d’alerte

L’appartenance ou non à : 

Une ethnie

Une prétendue race

Une nation

Les 24 critères de discrimination

La législation favorisant la non-discrimination

Par ailleurs, le Défenseur des droits note plusieurs situations spécifiques qui sont considérées comme une discrimination :
les inégalités de traitement, représailles ou mesures de rétorsion liées : à l’exercice du droit de grève ; à l’exercice des activités mutualistes ; à l’exercice des fonctions de juré ou de citoyen assesseur ; au refus opposé par un salarié à une affectation sur un poste situé dans un pays incriminant l’homosexualité ; au refus ou à l’acceptation de subir des faits de bizutage (Article 225-1-2) ; au fait d’être « lanceur d’alerte » ; le fait d’avoir témoigné ou relaté des faits de discrimination.

L’article 225-1-1 du code pénal note que “constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes parce qu’elles ont subi ou refusé de subir des faits de harcèlement sexuel tels que définis à l’article 222-33 ou témoigné de tels faits, y compris, dans le cas mentionné au I du même article, si les propos ou comportements n’ont pas été répétés”

Pour aller plus loin, découvrez les textes de loi qui oeuvrent pour un recrutement basé uniquement sur les compétences des candidats :

Fiches Pratiques Non-Discrimination

Découvrez les principaux types de discrimination présents dans les offres d’emploi grâce à l’Analyseur À Compétence Égale.

Discrimination : dans quels cas ?

Les discriminations se retrouvent dans de nombreuses situations de la vie courante. Dans cette optique, la loi précise un certain nombre de situations dans lesquelles l’égalité est un critère fondamental. On retrouve notamment :

    • L’accès à l’emploi, la carrière, la sanction disciplinaire, le licenciement
    • La rémunération, les avantages sociaux
    • L’accès aux biens et services privés (logement, crédit, loisirs)
    • L’accès aux biens et services publics (école, soins, état civil, services sociaux)
    • L’accès à un lieu accueillant du public (boîte de nuit, préfecture, magasin, mairie)
    • L’accès à la protection sociale
    • L’éducation et la formation (condition d’inscription, d’admission, d’évaluation)

Sensibilisez vos équipes à la non-discrimination

La Loi Egalité Citoyenneté du 1er janvier 2017 oblige les entreprises d’au moins 300 salariés, ainsi que celles spécialisées dans le recrutement, de former à la non-discrimination à l’embauche leurs salariés chargés des missions de recrutement au moins une fois tous les cinq ans. Découvrez les formations A Compétence Egale en présentiel, en web class ou en e-learning !

Envie de nous
rejoindre

Fiches pratiques et Actu

Étude sur l’impact des systèmes d’intelligence artificielle, leur potentiel de promotion de l’égalité, y comprit l’égalité de genre, et les risques qu’ils peuvent entrainer en matière de non-discrimination

Alors que le déploiement des systèmes algorithmiques et des applications d’intelligence artificielle (IA) ne cesse de prendre de l’ampleur et de l’importance, la discrimination algorithmique est un sujet de préoccupation croissante pour les citoyens et les citoyennes.

lire plus

Pour une communication publique sans stéréotypes de sexe

La circulaire du 11 mars 1986 relative à la féminisation des noms de métiers, fonctions, grades et titres vient entériner le travail de la commission determinologie afférente, créée par la Ministre Yvette ROUDY et présidée parla journaliste Benoite GROULT.La loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes du 4 Août 2014, consacre en son article 1, « une approche intégrée de l’égalité » dans tous les domaines. La communication institutionnelle relève donc de cette approche.

lire plus
Panier0
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0